LE CIEL LE TEMPS poème de Marie Alloy relié par Antonio Pérez Noriega

                                                Deux variations de reliure                                               

LE CIEL  LE TEMPS, un poème de Marie Alloy accompagné d’une estampe originale (rehaussée dessin et aquarelle) du même auteur, en réponse à l’invitation amicale d’Antonio Pérez Noriega, artiste relieur. Poème relié par ses soins pour quelques exemplaires réservés dont la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid.

 

LE CIEL  LE TEMPS

s’étirent  sur le fleuve                                                                                                                         Ciel de fraîcheur    à la pointe du jour                                                                                       quand partent les étoiles   revivent les corps

En vain peut-être les rêves   auront parlé en nous                                                                d’injustices et de craintes    de douceurs et d’attentes                                                                  Le cœur ne s’efface pas dans la nuit                                                                                                    il ferme nos paupières   et nous ouvre

Nous écoutons les bruits    Joie d’entendre les gestes                                                                      leurs mouvements  et tout ce rouge à l’âme  transparent

Des mots nous arrivent   fragiles îlots de sables                                                                              prennent feu     avant que le cœur n’éclate

La parole manquante   le silence des blancs                                                                                        sont au poème  échos des glissements du temps                                                                            sur une page sans langue

Image mouvante du fleuve    qui se retire                                                                                      laissant des lames de sable  doucement l’envahir                                                                            Les sternes ont terminé leurs nidifications                                                                                  Chaque être vivant   ainsi perpétue la vie

Se dire à intervalles réguliers   Ceci est le ciel                                                                             Ceci est l’amour     Tout ce qui submerge l’être                                                                        s’enroule à ses cendres   les change en azur                                                                                         en lumière diffuse   et volante

©Marie Alloy (droits réservés Adagp)

LE CIEL  LE TEMPS                                                                                                                            Réalisé pour le bon plaisir d’Antonio et ses amis                                                                          Poème et gravure de Marie Alloy                                                                                            Typographie Atelier Vincent Auger                                                                                                    Tiré à cent cinquante exemplaires numérotés et signés                                                                  Noël 2018