1

PENSÉES POUR FRANÇOISE HÀN

C’est avec tristesse que nous avons appris que Françoise Hàn nous a quittés ce 1er juillet 2020. Nos sincères condoléances à ses enfants, sa famille, ses amis.                                        Les mots de ses poèmes resterons  “longtemps après que nous nous serons effacés” *

Poezibao lui rend hommage ainsi que Jacques Brémond son éditeur principal.

Article lu sur Poezibao, écrit par Marie-Claire Bancquart qui nous a quittés aussi l’année dernière, en février 2019.


BIBLIOGRAPHIE  sélection (voir le site des éditions  © Jacques Brémond ) :

Premier recueil publié en 1956 : Cité des hommes, Seghers, Paris.                                            Éditions Rougerie : Une fête, même au creux du sombre, 1997.                                                Éditions Cadex : Profondeur du champ de vol, 1994 –                                                                                                  L’évolution des paysages, 2000. (gravures et monotypes Marie Alloy)

Ouvrages parus aux éditions Jacques BrémondCherchant à dire l’absence – 1994 – Lettre avec un fragment de bleu – 1996 – L’unité ou la déchirure – 1999 – Ne pensant à rien – 2002 – Une feuille rouge – 2003 – Un été sans fin – 2008 – Le double remonté du puits, précédé de Lettre à Brigitte Gyr – 2011 – Ce pli ouvert – 2015 –
 

Éditions Le Silence qui roule (livres d’artiste ) : N’était pas écrit, 2012                                                                                                                             Une main dans la neige, 2015                                                                                                                Noués dénoués, 2016

Éditions de l’Atelier des GramesA contre-gravitation, 2019, ‘livre-boîte’ avec le sculpteur François Weil.


Consulter : Serge Brindeau La poésie contemporaine de langue française, Paris, 1973 – Poésie I, n° 135, 1987 – Robert Sabatier Histoire de la poésie française, XXe siècle, tome III, Paris 1988 – Fabio Doplicher Antologia Europea, Avezzano  (Italie), 1991 – Katharina M. Wilson An Encyclopedia of Continental Women Writers, New York & Londres, 1991 – Jean Orizet La poésie contemporaine de langue française, II, Paris, 1992  – Rüdiger Fischer La Fête de la Vie / Das Fest des Lebens, III,  Rimbach (Allemagne), 1993 – Michael Bishop Contemporary French Women Poets, vol. II, Amsterdam & Atlanta, 1995  et Women’s Poetry in France, 1965-1995, 1998, Winston- Salem, N.C. – Jean-Baptiste Para Anthologie de la poésie française du XXe siècle, tome II, (Poésie Gallimard) Paris 2000. John C. Stout L’énigme-poésie – Entretiens avec 21 poètes françaises, Amsterdam – New-York, 2010. Et aussi : http://www.festrad.com  –  http://guyallix.art.officelive.com/default.aspx – http://poezibao.com

http://francoise-han.ral-m.com/


   Extrait de NOUÉS DÉNOUÉS *, livre d’artiste avec estampes de Marie Alloy

“Où est la clé où                                                                                                                                        la corde qui vibre                                                                                                                                      sur une fréquence impaire                                                                                                                    laissant ouvert l’intervalle                                                                                                                  où nous dénouer                                                                                                                                        dans la lumière en suspens                                                                                                                    nous tenir là comme                                                                                                                                s’il n’y avait pas de bord

et qu’une étoile se lève                                                                                                                            à chacun de nos pas dans le vide

nous voir de plus en plus loin                                                                                                              devenir                                                                                                                                                    de plus en plus transparents

et que les mots du poème                                                                                                                  bougent dans le vent                                                                                                                      longtemps après que                                                                                                                          nous nous serons effacés” F.H.