1

JUSTAUCORPS, Audrey Gaillard, note de lecture

JUSTAUCORPS une lecture par Marie ALLOY à retrouver page 339-340-341, Revue EUROPE N°1106-1107-1108, juin-juillet-août 2021.

Audrey Gaillard, Justaucorps (Seuil, collection “Fiction & Cie”).

Extrait : Le livre d’Audrey Gaillard ouvre un abîme. Quand commence le consentement à l’acte sexuel ? Quand s’achève-t-il et comment ? Quels sont les besoins qui se cachent dans ce qui n’est pas, dès le départ, une demande sexuelle mais le devient ? Quelle est cette obéissance à plus âgé que soi, à l’autorité d’un professeur qui ne tarit pas d’éloges et d’exigences pour vous modeler à ses attentes et ses besoins ? Au lecteur, en son intimité, d’en formuler la réponse.

Le justaucorps symbolise ce tissu qui cache la nudité et la dévoile tout à la fois ; il est une sorte de seconde peau qui moule les formes et suscite des gestes gracieux, sensuels et sexuels. Le lecteur pourtant ne patine pas avec plaisir en suivant le parcours de la jeune adolescente, (Laurence, seize ans). Le lecteur pénètre le trouble de la jeune fille, observe ses obsessions, parfois son indécence, puis ses hésitations ; il la regarde tanguer au fil des pages entre ses attentes et ses doutes, souffrir de la duplicité de ses « entraînements », puis partage son refus, sa chute et sa blessure.