1

“Avec ou sans les mains”, poèmes de MICHEL LAMART, chez VOIX D’ENCRE

Vient de paraître (février 2022) des poèmes de Michel Lamart chez VOIX D’ENCRE

AVEC OU SANS LES MAINS

accompagné de 16 gravures rehaussées d’empreintes de Marie Alloy

Un beau recueil de 80 pages, au format 15 x 21 cm, imprimé sur papier Extraprint 160g

Prix à l’unité : 18 €, envoi franco de port. ISBN : 978-2-35128-193-2

Contact et commande avec son règlement par chèque, au nom des éditions :                            Editions Voix d’encre, 33 avenue St Didier, 36200 MONTELIMAR                                            BON DE COMMANDE ICI

Quelques images (eaux fortes et aquatintes de MARIE ALLOY) et extraits de poèmes :

   

N’oubliez jamais

Que nous disent                                                                                                    Positives ou négatives                                                                                              Ces mains                                                                                                                    Des hommes des cavernes ?

Elles signent                                                                                                                L’éternité éphémère                                                                                                  D’un séjour                                                                                                              Avant le vent                                                                                                              De l’Histoire

Elles esquissent                                                                                                          Le brouillon                                                                                                           Du grand livre                                                                                                       De l’Humanité

Elles impriment                                                                                                          Le mouvement immobile                                                                                        D’une avant-aube

Elles témoignent :                                                                                                  Nous étions là                                                                                                            Vingt mille ans

Avant que ne s’éveille                                                                                              Votre conscience                                                                                                        D’être au monde

Notre roman                                                                                                          Émerge du plus profond                                                                                          Il monte                                                                                                                    Jusqu’à vos yeux                                                                                                    Comme un rêve de pierre                                                                                      Qui oublierait ses larmes

N’oubliez jamais                                                                                                        Vous qui exaltez                                                                                                  L’étincelle de l’instant                                                                                              Que ces gestes anonymes                                                                                        Vers l’autre le frère                                                                                                    Sont clefs de l’Humanité

© Michel Lamart

© www.voix-dencre.net

4ème de couverture du livre :

« Quel siècle à mains ! » s’écrie le Rimbaud de « Mauvais sang » (Une Saison en enfer). Chez lui, le pied libère, la main asservit. Il faut choisir – preuve absolue de liberté libre – : « En marche ! » donc ! Rimbaud prétendait fuir l’enfer moderne. Faire plutôt que dire ! Exit la poésie. Il ne tardera pas à découvrir qu’il le porte en lui. L’autre en soi, son pire ennemi ?                                                                                           Les poèmes d’Avec ou sans les mains tentent de baliser un autre chemin buissonnier : celui de la réconciliation de l’homme avec soi-même pour restaurer un vivre-ensemble dont la poésie, en particulier, l’art, plus généralement, en seraient garants. Les mots ont encore un rôle à jouer : être soi-même. Le dire et le faire ne s’opposent pas forcément. Faire avec rien un tout. Noblesse de l’homme aux prises avec la tragi-comédie du vivre. L’humour rend ici sa politesse au désespoir. Poésie : la vraie vie ? “

© Michel Lamart