LA COULEUR MANQUANTE, notes d’atelier de Marie Alloy et LA COULEUR INEXISTANTE, par Mathieu Hilfiger

Vient de paraître, septembre 2021

Les éditions “Le Bateau Fantôme” ont le plaisir de vous annoncer la parution de “La couleur manquante”, notes d’atelier de Marie Alloy, suivi d’un récit de Mathieu Hilfiger : La couleur inexistante

Bon de commande ici                                                                                                                              ou à commander en librairie ou sur le site sécurisé des éditions via Paypal : https://lebateaufantome.bigcartel.com/…/la-couleur…

EXTRAIT
« Au lieu-dit de la couleur vacante, la seule qui manque n’a pas de couleur propre. En l’acte de la nommer, rien n’est vrai. Le mot n’est jamais la couleur.
Nous ignorons d’elle ce qui éclaire et ce qui brûle, mais le peintre s’en approche au plus près, de ses mains qui attisent.
Épiphanies de la couleur, chair du monde en peinture. »
L’AUTEURE
Marie Alloy, originaire du nord de la France, est peintre, graveure, poète et éditrice aux éditions Le silence qui roule, créées en 1993. Le livre d’artiste est l’un des lieux poétiques privilégiés où vivent ses créations tandis que l’écriture lui est un chemin essentiel et quotidien pour éclaircir sa pensée de la peinture, la faire entrer en résonance avec les multiples facettes de ses regards sur le monde.
FICHE TECHNIQUE
– Peinture de couverture : Marie Alloy, “De neige et de boue”                                                         (huile sur toile, 130 x 89 cm, 2014)
– Parution : septembre 2021
– ISBN 978-2-491022-00-6
Prix : 15,00 €
– Ce livre a été conçu et fabriqué en France (imprimeur : Corlet, Calvados) sur papiers de création Conqueror Vergé 100% recyclé et Olin Regular
– 70 pages – format 14×20,5 cm
– Conception graphique : Guillaume Steudler

 

0 Partages

EXPOSITION MARIE ALLOY, peintures, gravures et livres d’artiste

J’ai le plaisir de vous annoncer ma prochaine exposition L’EMPREINTE DES SAISONS qui aura lieu du 10 septembre au 10 octobre 2021 à Beaugency, à l’église St Etienne (Place du Martroi) et à la Galerie Pellieux (Passage Jacques-Nicolas Pellieux, rue de la cordonnerie). Peintures, gravures, livres d’artiste, oeuvres sur papier et photographies.

INVITATION

AFFICHE ROUGE

AFFICHE BLEUE

HORAIRES D’OUVERTURE ET PROGRAMME DES LECTURES

0 Partages

L’EMPREINTE DES SAISONS, catalogue d’exposition de Marie Alloy

Marie Alloy
L’Empreinte des saisons

Catalogue d’exposition  édité à l’occasion de l’exposition de peintures, gravures, livres d’artiste, dessins et photographies de Marie Alloy, exposition présentée à l’église Saint Étienne de Beaugency ainsi qu’à la Galerie Pellieux, du 10 septembre au 10 octobre 2021.

 

Le paysage intérieur, préface de Christophe Mahy
Notes d’atelier de Marie Alloy :  Peindre – La poésie rendue visible
Graver – Photographier
Portrait – Expositions – Écrits

Descriptif : 88 pages. Format : 21 x 21 cm. Poids : 318 g. Impression numérique, sur Edition Munken Rough 150 g/m2, couverture Edition 300 g/m2, par l’imprimerie Lebugle, à 45190 Beaugency. Reproductions : Trente cinq peintures à l’huile, huit gravures, huit photographies, trois livres d’artiste. Photos Marie Alloy © ADAGP                   ISBN : 978-2-492888-00-7      Dépôt légal : août 2021     Prix public : 20 €

   

Le paysage intérieur

« Car c’est moi que je peins. »
Montaigne, Essais.

“Quelque part en Sologne. Des reflets de ciel dans le miroir du fleuve. Puis les arches
du pont de Beaugency. Nous y sommes. Chez Marie Alloy, aux portes de l’atelier, dans un
puits de lumière qui nous accueille et nous révèle ce qui nous échappe à chaque instant.
Quelque chose d’essentiel, au sens propre du terme, d’indéfinissable, de vague et de précis
à la fois. Une attente. Une approche. Peut-être seulement un instant du monde en marche,
un ressac silencieux et immobile. Une attente généreuse dont on ne sait rien, qui donne à
voir sans qu’on lui demande quoi que ce soit. Et avant tout un vrai lieu, comme l’acceptation d’une allégorie dans une trouée du temps.

Marie Alloy peint dans un au-delà d’elle-même, avec ce rien de distance et de recul
qui permet d’établir le dialogue avec ses propres incertitudes, délivrées de toute intention
autre que d’aller à la rencontre de la réalité du monde et de l’être. Sa palette joue avec les
nuances du silence avant de mêler des bribes de terre, de ciel et d’eau d’où émergent lentement des ombres de feuillages et de branches, des lacis d’herbes et de nuages. Ressentir pour peindre, peindre pour ressentir”. Christophe Mahy (suite de la préface à retrouver dans le catalogue).

 

 

BON DE COMMANDE (cliquer sur le lien)

PROGRAMME DES EXPOSITIONS ET DES LECTURES 

0 Partages

LA ROSELIERE, poèmes de Jean-Pierre Chambon

J’ai le plaisir de vous annoncer l’édition d’un livre d’artiste comprenant un bel ensemble de poèmes inédits de Jean-Pierre Chambon et des gravures originales de Marie Alloy.

La roselière

Poèmes inédits de JEAN-PIERRE CHAMBON

Accompagnés de 7 gravures originales (eaux fortes) de MARIE ALLOY, dont une en couverture. Typographie en Garamond de corps 14, imprimée numériquement sur vélin BFK de Rives. Format du livre comprenant 8 cahiers : 19,5 cm x 28,5 cm – Dos : 1,5 cm. Tiré à 15 exemplaires numérotés et signés par l’auteur et l’artiste. Présentation sous coffret créé par Jeanne Frère à Nantes, coloris des papiers en écho avec les tonalités des estampes (format total : 20,8 cm x 30 cm). Prix public, avec coffret : 650 €.

Lien pour images intérieur du livre

Lien pour détail coffret, reliure Jeanne Frère.

 

0 Partages

UN BRUIT DE BLEU, poèmes de Louis Raoul

Vient de paraître, juin 2021,

Collection Grand ours, L’Ail des ours / n°9

Un bruit de bleu, poèmes de Louis Raoul

Gravures de Marie Alloy

Un pays                                                                                                                                                      Et sa légende                                                                                                                                              Ici                                                                                                                                                              Ce n’est pas le vent                                                                                                                                    Mais des pousseurs de nuages                                                                                                              Il faut croire fermement                                                                                                                      En la parole du conteur                                                                                                                        Le sommeil venant toujours                                                                                                                  Trop tôt                                                                                                                                                      Pour qu’on puisse les voir.          (extrait, p 23)

                                      

Photos et gravures Marie Alloy © Adagp

0 Partages

MICHELE DESBORDES, une écriture habitée de silences

La voix de Michèle Desbordes est liée au fleuve, la Loire, aux battements d’ailes des mouettes et des sternes, aux moirages de la lumière, à ses combats, victoires, son dénuement.

Dans ses livres, il n’ y a pas vraiment d’histoire ou tout est histoire : une robe, une pierre, un nuage, un arbre, la brillance du ciel, tout est à la fois ouvert et enclos, comme nos vies et toutes ces vies passantes qui nous quittent ou que nous quittons comme si nous étions toujours en retard sur nous-même. Mais le temps est immobile et il bouillonne, s’ajuste à nos frontières, nos pauvres limites, vues du dehors, vues du dedans – et nous côtoyons la mort sans le savoir.

A lire une évocation de son œuvre par Marie Alloy sur le site de l’association des amis de Michèle Desbordes, lien : ici

Beaugency,                                  photo panoramique Marie Alloy

0 Partages

JUSTAUCORPS, Audrey Gaillard, note de lecture

JUSTAUCORPS une lecture par Marie ALLOY à retrouver page 339-340-341, Revue EUROPE N°1106-1107-1108, juin-juillet-août 2021.

Audrey Gaillard, Justaucorps (Seuil, collection “Fiction & Cie”).

Extrait : Le livre d’Audrey Gaillard ouvre un abîme. Quand commence le consentement à l’acte sexuel ? Quand s’achève-t-il et comment ? Quels sont les besoins qui se cachent dans ce qui n’est pas, dès le départ, une demande sexuelle mais le devient ? Quelle est cette obéissance à plus âgé que soi, à l’autorité d’un professeur qui ne tarit pas d’éloges et d’exigences pour vous modeler à ses attentes et ses besoins ? Au lecteur, en son intimité, d’en formuler la réponse.

Le justaucorps symbolise ce tissu qui cache la nudité et la dévoile tout à la fois ; il est une sorte de seconde peau qui moule les formes et suscite des gestes gracieux, sensuels et sexuels. Le lecteur pourtant ne patine pas avec plaisir en suivant le parcours de la jeune adolescente, (Laurence, seize ans). Le lecteur pénètre le trouble de la jeune fille, observe ses obsessions, parfois son indécence, puis ses hésitations ; il la regarde tanguer au fil des pages entre ses attentes et ses doutes, souffrir de la duplicité de ses « entraînements », puis partage son refus, sa chute et sa blessure.

0 Partages

ICI, poèmes de PIERRE DHAINAUT, Arfuyen.

Article à retrouver sur EUROPE N°1106-1107-1108, juin-juillet, août 2021, p 327-328 –  la marionnette aujourd’hui.

Extrait : Être ici, être d’ici, au pays de l’origine, du commencement – même si ce lieu, ce sont les urgences d’un hôpital et que ta pensée, ton besoin de mains d’un enfant devient blessure, image opprimée, avec si peu d’échos autour, seulement des heurts et ton silence pour « ne rien perdre / des voix que tu aimes ».

Et là aussi, se joue la rencontre et l’équanimité des destins humains, puisque « l’accord / est immédiat entre témoins, le « nous » possible ».

En chaque poème « des cris de mouettes », compagnons fidèles des mots.

Le poète voudrait « réconcilier », « mais tout cependant est à refaire ». Son travail est de fertiliser les mots « en ne nommant personne », son travail est sans bornes puisque la question, pour le poète comme pour le peintre « n’est pas : que devons-nous dire ? mais : comment ? toujours ».

Le parcours du poète, et des poèmes dans le livre, suggère une progression, un désir de transformation intérieure par l’écriture. Pierre Dhainaut se saisit de l’épreuve de santé qu’il traverse pour nous redonner une fois de plus « la juste incandescence » des choses quotidiennes, des visages aimés ou simplement croisés. L’écriture de soi n’est jamais aussi pleinement elle-même que lorsqu’elle s’efface dans le dedans-dehors du monde.

Présentation avec l’œuvre de Cézanne

0 Partages