LES LIVRETS DU SILENCE, une édition artisanale à très petit tirage

Une édition artisanale, sous forme de plaquettes à petits tirages, de 10 à 20 exemplaires vient de voir le jour, à l’occasion du Salon Pages 2019.

A l’honneur pour commencer : “C’est le corps”, poème inédit de Jean Pierre Vidal, accompagné d’une gravure originale de Marie Alloy (eau forte et aquatinte).                    Livre non paginé. Format vertical : 21,5 cm x 15,5 cm. Les couvertures (gravures) peuvent varier d’un livret à l’autre.  Impression numérique made in home. Prix public : 45 €

*

Autres livres en cours de tirage (gravures) et impression (typo numérique):

Poèmes inédits de Marie Alloy, accompagnés de deux eaux fortes originales et d’une photographie de l’auteure, tirées sur papier japon. Edition limitée à 10 exemplaires numérotés et signés. Couverture sur papier Moulin Richard de bas.

*

Poèmes inédits de Christine Givry accompagnés de quatre gravures de Marie Alloy, eaux fortes et aquatintes en couleurs. Tirage en cours (nov. 2019)

 

0 Partages

EXERCICE DE L’ADIEU – une lecture de Paul Gellings

Une belle recension parue dans le numéro 77 de la Revue Littéraire (mars-avril 2019) pour : Exercice de l’adieu, de Jean Pierre Vidal, Le Silence qui roule, 2018, 125 p., 15€.

Exercice de l’adieu

La pensée à l’état pur, pourvu qu’elle soit bien exprimée (mais pourrait-elle jamais se passer d’une élégante expression ?) amène nécessairement la poésie, la véritable, le secret de toute littérature digne de ce nom. À travers les lignes d’un beau texte on entend toujours une voix émergeant de profondeurs indicibles qui cependant se disent et se lisent, et dont le reflet apparaît sous le mouvement d’une plume parfaitement maîtrisée. Tel est le cas d’Exercice de l’adieu, le dernier ouvrage de Jean Pierre Vidal, où des images fort évocatrices et des réflexions confinant souvent à l’aphorisme forment une heureuse harmonie.

Le poète y chante sa prise de conscience d’un « éternel provisoire » n’excluant ni la beauté ni le bien ni le désir – ce dernier fut-il voisin de l’adultère et finalement du meurtre, ces deux grands crimes qui constituent précisément les thèmes majeurs de La peau douce de François Truffaut. Selon Vidal c’est le meilleur film de celui-ci, « une parfaite réussite », et ce, à cause de cette exactitude humaine, qui se moque de la morale. »

Nulle morale donc ici, aucune leçon à suivre ; s’affirme au contraire un projet aussi contemplatif que lyrique, une introspection sans nombrilisme, des sentiments sans sentimentalisme, une claire raison dénuée des froideurs de l’intellect. On aurait envie de citer l’ouvrage tout entier afin de priser encore et encore le lyrisme sur lequel il est bâti, lyrisme aboutissant même à un moment donné à des vers au sens classique. Telle cette strophe où un érotisme poignant est accompagné d’un mysticisme insaisissable :

La douce femme ne peut empêcher                                                                                                  les mains de saisir les parties de son corps                                                                                      la morcelant hors de l’amour                                                                                                             oh comme les lourds trésors des femmes sont                                                                               faciles à profaner !                                                                                                                                si vite qu’il n’y a plus rien à défendre                                                                                            alors le regard fixe, très haut,                                                                                                                ce qui ne peut s’atteindre

Lignes étonnantes : peut-on faire l’amour hors de l’amour ? Profaner ce qui, par définition, est déjà foncièrement profane ? Aspirer à un plaisir situé au-delà de la jouissance ? À cela la poésie – et en particulier celle élaborée par Jean Pierre Vidal dans ce superbe recueil – répond. Elle nous dit en effet que, dans l’instant, tout est possible, à condition de savoir se saisir de ce même instant en accomplissant « simplement un dessin du monde. »

On ne saura s’y tromper : c’est ainsi qu’il convient de s’exercer dans le domaine de l’adieu, la fragilité de notre condition humaine nous limitant cruellement dans le temps, s’il en est. « Las ! le temps, non, mais nous nous en allons,/ Et tôt serons étendus sous la lame », dit Ronsard dans un carpe diem amoureux à la fois sombre et encourageant dont, de nos jours, on entend encore l’écho se propager tout au long de ce précieux recueil.

Force est donc, à bien lire Jean Pierre Vidal, d’avoir soin que la mort ne nous prenne pas au dépourvu et de chercher non à nous y opposer mais à nous y préparer à l’aide d’une résignation paradoxalement énergique, comme l’expose ce passage :

Égoïsme que de n’accepter ni notre propre mort corporelle, ni la disparition de ceux que nous aimons. Le lâcher prise devrait commencer et finir ici : accepter de ne pas retenir ce qui nous est prêté et non donné. L’impermanence de notre condition est la seule chose à épouser.

Réflexion caractéristique de la pensée centrale du livre qui, de page en page, nous convie à célébrer cette essence existentielle et incontournable qu’est l’adieu. Une fête de famille, en somme, qui prendra fatalement fin un jour.

                                                                                 Paul Gellings

Article paru dans LA REVUE LITTÉRAIRE N°77, mars-avril 2019

 

0 Partages

Autour du livre “Le blason de lichen”, de PIERRE LECOEUR, paru chez FATA MORGANA

Le blason de lichen                                                                                                                              Pierre Lecœur

éditions FATA MORGANA

                                                        Monotypes de Marie Alloy

“Parfois, June sort de la poche de son jean un grain de blé qu’elle doit tenir précautionneusement entre la pulpe du majeur et de l’index. Elle le laisse glisser au creux de la paume et le regarde. Il est fait pour rouler et se planter. Il est revêtu de sa couleur propre et personne ne l’a imaginé. Son arrondi parfait s’accentue pour que sa ligne entre en elle-même, à la couture, au défaut, là d’où la pousse jaillit quelles que soient les coutumes, les passions et les illusions de ceux qui l’ont planté. Une fois jeté d’une main absente ou versé du semoir d’acier, il suit sa loi et s’épanouit. ”
June et Phoebe campent quelques jours en Nouvelle-Angleterre. A chaque moment de ce séjour correspond une étape d’une initiation au secret des choses, des lieux et des êtres. Peu à peu, les nuances des personnalités des deux jeunes filles se dessinent : l’une semble tournée vers les autres, vers le langage ; l’autre vers le silence massif d’une terre qui constitue toujours un Nouveau Monde. Dans cet écart le texte évolue d’une manière qui voudrait échapper à la tyrannie du temps des horloges.

Samedi 28 septembre à 17h
rencontre avec Pierre Lecoeur
à l’occasion de la parution de son livre
Le blason de lichen    paru chez Fata Morgana,
avec des monotypes de Marie Alloy
Librairie Les Temps Modernes
57 rue N.-D. de Recouvrance
45000 Orléans
02 38 53 94 35

Pierre Lecoeur s’entretiendra avec Jean-Benoît Puech

Né en 1972, Pierre Lecoeur vit et enseigne à Orléans. La fascination pour les lieux, la stupéfaction de vivre sous le lien du temps, l’énigme des choses et des êtres telle qu’elle se profile dans le quotidien sont les pôles qui aimantent son écriture. Il a publié des poèmes en revues (NRF, Europe, Conférence), ainsi que de nombreux travaux critiques et études portant essentiellement sur la littérature du XXe siècle.
Extrait d’un poème de Phoebe, p 13

“PASSAGERS

Ce fut d’abord la danse de quelques mots                                                                                        d’une langue étrangère                                                                                                                            sur le quai de la gare                                                                                                                          afin que fût dite                                                                                                                                        l’heure                                                                                                                                                          rien                                                                                                                                                              livré à la distraction du monde ”

 

0 Partages

“ÉTAIS”, photographies de JEAN-FRANCOIS AGOSTINI accompagnées de trente-six poètes

Vient de paraître aux éditions LES PRESSES LITTÉRAIRES   (66600 RIVESALTES)

ÉTAIS                                                                                                                                                    un livre de 37 splendides photographies de Jean-François Agostini                                    accompagnées par les poètes : Medhi Marc Aït-Ali, Marie Alloy, Jean-Paul Angeli, Joël Bastard, Olivier Bentajou, Béatrice Bonhomme, Jacques Brémond, Anna Maria Celli, Valérie Canat de Chizy, Christian Degoutte, Jean-Michel Delambre, Alain Di Meglio, Sylvie Durbec, Jacques Fusina, Antoine Graziani, Cécile A. Holdban, Jean le Boël, Isabelle Lévesque, Danièle Maoudj, Jean-françois Mathé, Xavier Makowski, Marcel Migozzi, Angèle Paoli, Jean-Baptiste Para, Pierre Perrin, Siegfried Plümper Hüttenbrink, Rossano Pestarino, Elis Podnar, Serge Prioul, Erwann Rougé, Marie-Ange Sebasti, José Vala, Jean-Pierre Verheggen, Anik Vinay, Claire Sylvie Vincensini.

Droits réservés Jean-François Agostini

“On voudrait saisir le ciel, on voudrait saisir la vague. On se laisse emporter par leurs infinies variations, la palette somptueuses des changements d’humeur des saisons, et c’est la lumière qui nous foudroie ou nous caresse, le regard jamais à bout de la beauté sauvage des éléments du monde… Jean-François Agostini appelle la poésie pour venir à la rescousse de sa passion du lieu, poser quelques étais pour tenir la vue à distance, dans la proximité poétique des mots. Chacun se trouve pris à partie au cœur du flux et du reflux des images, de leur force saline et céleste, picturale et humide. La photographie est un ressac, un coup de pinceau de génie, une pluie diluvienne absorbée par la contemplation. Nous en deviendrions nous mêmes inépuisables… Ce grand livre nous dit cela et tant d’autres sensations , émotions, à recevoir, comme les embruns qui se distillent de page en page. A lire aussi la très juste présentation de l’auteur-photographe-poète, qui sait VOIR.” Marie Alloy

Ci-dessous, deux exemples de photographies extraites du livre, parmi tant d’autres merveilles de ciels et vagues, nuages, écumes et flamboiement des couleurs.p 12 : La tentation du bleu, poème de Marie Alloy

p 16 : 05.00, poème d’Olivier Bentajou

0 Partages

PAYSAGE AVEC MARE, poèmes en prose de Jacques Boise

Vient de paraître dans la série Plaquettes éditées par A L’INDEX

de Jacques Boise
  Paysage avec mare

 

Pour acheter cet ouvrage accompagné de reproductions de sept gravures de Marie Alloy: REVUE “A L’INDEX”, Espace d’Écrits :

Paysage avec mare, de Jacques Boise

51 pages – format 15 x 21 cm, prix unitaire de 12 € port compris

Merci de libeller votre chèque à l’ordre de Association “Le Livre à dire”,                           Jean-Claude Tardiff, 11 rue du stade, 76133 Epouville

 

0 Partages

AUX LIMITES DE L’IMMENSE, poèmes de Marie Alloy

Après Dans l’embrasure des mots, poème de Marie Alloy,

 vient de paraître, en ce printemps 2019, Aux limites de l’immense , un deuxième livre manuscrit de poèmes de Marie Alloy pour les éditions AZUL de José San Martin

Aux limites de l’immense, poème inédit autographe de Marie Alloy, sur des peintures et collages de José San Martin, est le 98ème ouvrage de la collection Manos. Achevé à Vincennes et à Beaugency le 28 février 2019. Edition originale à 6 exemplaires numérotés et signés. Format fermé : 37 cm x 20 cm (74 cm ouvert)

  Lire la suite

0 Partages

ANTOINE EMAZ Dossier POEZIBAO

Un recueil de pensées tournées vers le poète et ses livres qui nous accompagneront longtemps. Merci à Florence Trocmé et Ludovic Degroote d’avoir réalisé cet hommage.

Poezibao publie ici un dossier de d’hommages à Antoine Emaz. Cinquante textes autour de l’homme et de l’œuvre, qui expriment tous l’importance d’Antoine Emaz, le chagrin et le manque que sa disparition suscite et un immense sentiment de gratitude. Ce dossier a été composé par Poezibao, avec Ludovic Degroote. Il est proposé ici au format PDF plus facile à imprimer et à enregistrer. On peut l’ouvrir d’un simple clic sur ce lien.

On peut rappeler par ailleurs cet autre dossier consacré à Antoine Emaz et qui regroupe tous les articles qui lui ont été consacrés dans Poezibao : extraits de ses poèmes ou de ses notes, entretiens, un grand feuilleton tiré de ses carnets, etc.

Poezibao espère pouvoir proposer un jour un troisième dossier, avec les plus de cent cinquante notes de lecture qu’Antoine Emaz a données au site. Cette réalisation toutefois demande beaucoup de temps et se fera donc ultérieurement.

 

0 Partages

“QUELQUES ECLATS FURTIFS” poèmes de Marie Alloy, éditions Mirage

Vient de paraître Quelques éclats furtifs aux éditions Mirage, un ensemble de poèmes de Marie Alloy, accompagné d’aquatintes originales de Christiane Vielle.

    

Le texte est composé en Optima, imprimé par Christiane Vielle et tiré à 15 exemplaires numérotés et signés par l’auteur et l’artiste. Présentation sous étui transparent en plexi, format : H: 10 cm, l: 10, 5 cm; dos : 1,5 cm. Pour un achat éventuel, contacter l’artiste-éditrice Christiane Vielle, merci.

Sélection de quelques belles pages :

  

 

Mon regard sur ce très beau livre : Chaque livre de cette édition originale est unique car interprété de diverses couleurs et matières graphiques d’aquatinte pour les estampes. Le travail de Christiane Vielle fait ici œuvre par les variations chromatiques des fragments gravés qu’elle module en d’infinies recompositions et transparences. La genèse du travail de regard est rendue visible par les cadrages qui opèrent des sortes de fenêtres sur le monde. Chaque page dialogue avec plusieurs sonorités colorées qui ouvrent un lieu singulier de formes et de tons en résonance subtile avec ces instants que sont les poèmes.  Parfois ce sont des éclats fugitifs de verts ou de jaunes, ou un bleu en fond mélodique qui vient se heurter doucement à l’empreinte grise d’un geste. Tout est en mouvement et fonde la page comme une peinture et ses strates de temps. Une aube ou un crépuscule offrent leurs teintes qui semblent sans commencement ni fin. Le livre prend forme dans cette fragilité intime et heureuse grâce à l’exactitude exigeante de l’artiste Christiane Vielle qui sait unir rigueur et délicatesse. Cette Recherche personnelle donne au livre une forme mélodique infinie. Des correspondances se créent par les rythmes entre les pages et la composition typographique. Ce travail intuitif de calcul et d’improvisation, d’ajustements et de transformations, me fait songer aux Variations Goldberg de Bach, à un “work in progress”. Voilà donc une conception du livre d’artiste qui nous ouvre un magnifique champ de possibles tout en restant modeste dans sa présentation. Les variations sont souvent intenses et très subtiles et les détails nourris d’imprévisibles rencontres.  Christiane Vielle expose actuellement des estampes d’une improbable légèreté, à la librairie-galerie Mauguin (32 rue Vergniaud, 75013 paris), sous le titre emblématique “Une légère pesanteur”.

© Marie Alloy

 

0 Partages