L’EMPREINTE DES SAISONS, une lecture de Jean-Louis Bernard

Dans le dernier numéro de la Revue Diérèse n°84, été 2022, p 244, 245, 246, Jean-Louis Bernard me fait l’honneur d’une lecture sensible de mon livre-catalogue L’EMPREINTE DES SAISONS,  édité à l’occasion de mon exposition de septembre 2021 à l’église St Etienne de Beaugency. Belle note assurément qui révèle une compréhension poétique de ma démarche d’artiste. Qu’il en soit ici vivement remercié !

Livre à retrouver dans mon catalogue en ligne sur ce site des éditions.

Liens Babelio 

EXTRAIT :

[…] Marie Alloy ne peint pas le visible, ne (de)montre rien, mais donne à voir tout ce qui fait que le monde peut être vu. Elle expose ainsi la visibilité elle-même, qui constitue la communauté des regards. Tableaux qui ancrent l’esprit dans le sensible, en évitant d’asservir le regard à un quelconque point de fuite. Ce regard devient alors seule mesure du temps (sens du lieu égale sens du temps). (Peut-être Marie Alloy, à l’instar de Joë Bousquet pourrait-elle être considérée comme une poète du regard).

Les frontières disparaissent. Frontières entre la couleur et la lumière, entre les formes et les lignes, entre le réel et l’abstrait, entre le dedans et le dehors, entre le tableau et le monde. Marie Alloy écoute la “rumeur des lisières” (titre d’un tableau), à l’affût des signes (ces signes qu’elle priorise par rapport au sens, tout en conservant une trace fossile de ce dernier). […]    J-L Bernard

                                      

0 Partages

Une lecture de CIEL DE PIERRE par Sabine Dewulf

Une lecture sensible de Sabine Dewulf (qu’elle soit ici chaleureusement remerciée) de mon livre CIEL DE PIERRE, à retrouver sur le site Terre à Ciel (merci à Cécile Guivarch de l’avoir publié) .

Marie Alloy, Ciel de pierre,                                                                                                                    éditions Les Lieux-Dits, collection « Jour & Nuit », 2022, 90 pages, 15 €.

Dans ce livre de poèmes où elle s’adresse à son frère défunt, Marie Alloy choisit presque toujours d’isoler le premier vers, comme s’il formait un titre, projetant son élan. Ce n’est peut-être pas tant la mort qui semble au centre du propos que l’urgence de formuler un message qui n’a pu s’exprimer du vivant de ce frère.

Les 27 poèmes se répartissent en cinq sections, dont la seconde, Ciel de pierre, donne son titre à l’ensemble, en reliant la tombe à l’air, la mort à l’au-delà. Non pas dans une perspective religieuse mais dans un espace qui abolit les frontières et rassemble les humains – vivants et morts : « Ce que nous portons au ciel / cette prière du bout des lèvres / ce signe de croix déserté / nous le rendons à l’humanité / il incarne la paix la trace / qui réconcilie la terre et le corps ». Ce qui domine, c’est une impression d’allègement fluide, en dépit du chagrin, et le désir de vivre mieux sur terre, dans le sillage de ce deuil.

la suite dans l’article en ligne.

Un recueil de 100 pages, 20,5 x 14,5 cm    ISBN : 978-2-918113-98                                              Prix d’un exemplaire : 15 € plus 3 € de frais de port.

Commandes : Merci de libeller votre chèque au nom de Germain Roesz. Envoi à l’adresse suivante : Les Lieux-Dits éditions, Germain Roesz, Zone d’Art, 2, rue du Rhin napoléon, 67000 STRASBOURG

0 Partages

Vient de paraître DUO DE RIVES, éditions de la Margeride, Robert Lobet, peintures / Marie Alloy, poème

J’ai le plaisir de vous annoncer l’édition d’un de mes poèmes DUO DE RIVES dans la Collection Les îles inconnues, aux éditions de La Margeride, sous la forme d’un livre d’artiste réalisé par Robert Lobet, l’éditeur, le typographe et le peintre de cet ouvrage.                      Ce très beau recueil est tiré à 41 exemplaires numérotés et signés sur papier Olin 250 g, et mis en page au format 22,5 x 14 cm, accompagné d’une peinture de Robert Lobet en leporello sur 4 volets et d’une peinture en couverture.  Prix public : 30 €

Chaque exemplaire est magnifiquement accompagné de couleurs d’eau, de ciel et de terre végétale, tracés avec des gestes légers qui semblent effleurer l’espace et comme l’animer de vibrations paysagères. Les variations d’un livre à l’autre en font le caractère unique et correspondent bien à l’esprit de mobilité dont fait preuve l’oeuvre picturale et poétique de Robert Lobet qui ne cesse de voyager en livre et en dialogue avec les territoires, les voix et les regards de ses amis poètes. “Robert Lobet dévoile. Il superpose, il empile, sans jamais saturer l’espace de la page, avec l’honnêteté plastique de l’artiste qui nous dit : Voyez mes repentirs. Voyez mes doutes, mes tâtonnements. Voyez mes esquisses, mes brouillons, mes ébauches, ils sont la matière même de mon oeuvre.” Bruno Doucey, catalogue PEINDRE LES MOTS, Gestes d’artiste, voix de poètes, mai 2022.

                                                    

Contact : Editions de La Margeride, Robert Lobet, 2 rue du Marché, 30320 Saint-Gervasy www.editions-le-margeride-lobet.com

 

0 Partages

Vient de paraître “CIEL DE PIERRE”, poèmes de Marie Alloy, LES LIEUX-DITS EDITIONS

Les LIEUX-DITS EDITIONS, collection Jour & Nuit, ont le plaisir de vous annoncer la parution de “Ciel de pierre” poèmes de Marie Alloy,

un recueil de 100 pages, 20,5 x 14,5 cm    ISBN : 978-2-918113-98                                              Prix d’un exemplaire : 15 € plus 3 € de frais de port.

Commandes : Merci de libeller votre chèque au nom de Germain Roesz. Envoi à l’adresse suivante : Les Lieux-Dits éditions, Germain Roesz, Zone d’Art, 2, rue du Rhin napoléon, 67000 STRASBOURG

une note de lecture de Christophe Mahy sur Recours au poème

Extrait :

1.
Frère
l’empreinte persistante de ton visage
ta bouche ouverte    (juste un souffle)
Temps de silence dans ton corps
souffrant   sur les draps blancs
plongé   entre deux mondes

Je te regarde   séparé de ma présence
présent   vivant   encore   là
dans cette absence
je suis    près de toi   tu l’ignores
tout est opaque et blanc
ces linges   ces bandages
ta poitrine qui monte et descend
esquisse un râle
et tu es loin

Ce calme cette rive où peut-être déjà
tu accostes   tu as pénétré ses sables
Relais paternel    tu as engendré tes fils
à la racine   des générations
d’un même expir    d’un même inspir

Entre vouloir   et ne pas vouloir
ton corps n’a plus    ni faim   ni soif
seulement faim d’amour    à l’heure de l’acceptation
où tu consens    à perdre    sans recevoir

Tout mot serait illusoire     (je t’ai apporté mon silence)
mais je t’ai vu et regardé      dans ta mémoire
il me semblait qu’à l’intérieur de toi
tu effeuillais ta vie      ne niant rien
à vif dans le vrai      ton souffle fugitif
mais tu étais de l’autre côté de la lumière
et je t’ai pleuré

                je l’ai annoncé à notre mère”

Marie Alloy

 

0 Partages

“Avec ou sans les mains”, poèmes de MICHEL LAMART, chez VOIX D’ENCRE

Vient de paraître (février 2022) des poèmes de Michel Lamart chez VOIX D’ENCRE

AVEC OU SANS LES MAINS

accompagné de 16 gravures rehaussées d’empreintes de Marie Alloy

Un beau recueil de 80 pages, au format 15 x 21 cm, imprimé sur papier Extraprint 160g

Prix à l’unité : 18 €, envoi franco de port. ISBN : 978-2-35128-193-2

Contact et commande avec son règlement par chèque, au nom des éditions :                            Editions Voix d’encre, 33 avenue St Didier, 36200 MONTELIMAR                                            BON DE COMMANDE ICI

Quelques images (eaux fortes et aquatintes de MARIE ALLOY) et extraits de poèmes :

   

N’oubliez jamais

Que nous disent                                                                                                    Positives ou négatives                                                                                              Ces mains                                                                                                                    Des hommes des cavernes ?

Elles signent                                                                                                                L’éternité éphémère                                                                                                  D’un séjour                                                                                                              Avant le vent                                                                                                              De l’Histoire

Elles esquissent                                                                                                          Le brouillon                                                                                                           Du grand livre                                                                                                       De l’Humanité

Elles impriment                                                                                                          Le mouvement immobile                                                                                        D’une avant-aube

Elles témoignent :                                                                                                  Nous étions là                                                                                                            Vingt mille ans

Avant que ne s’éveille                                                                                              Votre conscience                                                                                                        D’être au monde

Notre roman                                                                                                          Émerge du plus profond                                                                                          Il monte                                                                                                                    Jusqu’à vos yeux                                                                                                    Comme un rêve de pierre                                                                                      Qui oublierait ses larmes

N’oubliez jamais                                                                                                        Vous qui exaltez                                                                                                  L’étincelle de l’instant                                                                                              Que ces gestes anonymes                                                                                        Vers l’autre le frère                                                                                                    Sont clefs de l’Humanité

© Michel Lamart

© www.voix-dencre.net

4ème de couverture du livre :

« Quel siècle à mains ! » s’écrie le Rimbaud de « Mauvais sang » (Une Saison en enfer). Chez lui, le pied libère, la main asservit. Il faut choisir – preuve absolue de liberté libre – : « En marche ! » donc ! Rimbaud prétendait fuir l’enfer moderne. Faire plutôt que dire ! Exit la poésie. Il ne tardera pas à découvrir qu’il le porte en lui. L’autre en soi, son pire ennemi ?                                                                                           Les poèmes d’Avec ou sans les mains tentent de baliser un autre chemin buissonnier : celui de la réconciliation de l’homme avec soi-même pour restaurer un vivre-ensemble dont la poésie, en particulier, l’art, plus généralement, en seraient garants. Les mots ont encore un rôle à jouer : être soi-même. Le dire et le faire ne s’opposent pas forcément. Faire avec rien un tout. Noblesse de l’homme aux prises avec la tragi-comédie du vivre. L’humour rend ici sa politesse au désespoir. Poésie : la vraie vie ? “

© Michel Lamart

0 Partages

“La relève”, poèmes de JEAN-CHRISTOPHE RIBEYRE

Vient de paraître, Collection Grand ours, L’Ail des ours / n°12, janvier 2022

La Relève, poèmes de Jean-Christophe Ribeyre                                                      accompagnés de gravures de Marie Alloy

“Je voudrais m’absenter / des villes, / des réseaux, / des échanges, / déserter l’algorithme, / porter la parole / jusqu’à son dénuement, / que l’on n’écrase plus, / que l’on n’humilie plus, / que l’on n’étouffe plus / désormais / en mon nom.”

J-C Ribeyre                                                                                                                                            droits réservés Ail des ours 

 

0 Partages

L’AIL DES OURS, une maison de poésie pas comme les autres

Une maison à vivre, “pleine de vitalité et de générosité comme la plante du même nom. Voilà ce que je souhaite semer dans nos jardins … ” écrit Michel Fiévet –  à retrouver dans ce lien ici

J’ai eu le plaisir d’accompagner de mes gravures les poèmes de Louis Raoul, Collection Grand ours / n°9 :  “Un bruit de bleu”, en 2021

Extrait (p 7) :

Chaleur                                                                                                                                              Séparés de l’ombre                                                                                                                                Des corps pleurent                                                                                                                              Doucement                                                                                                                                                Du bleu à verse                                                                                                                                          Sur la mer                                                                                                                                              Sommeil sans personne                                                                                                                    Un seul souffle sur le sable      

et en ce mois de janvier 2022, avec des estampes, eaux fortes et aquatinte rehaussées d’aquarelle, les poèmes de Jean-Christophe Ribeyre.

Extrait (p 28) :

les nuits passent,                                                                                                                                    on voudrait serrer la main,                                                                                                              le cou des mots parfois,                                                                                                                      mais le courage manque de brûler                                                                                            ses traces,                                                                                                                                                  de brûler d’un désir                                                                                                                                opaque,                                                                                                                                                    comme inaudible.

Droits réservés L’Ail des ours / Michel Fiévet

abonnement 25 € les 5 numéros, sur le site : https///www.editions-aildesours.com

Page facebook : Editions L’Ail des ours

24 rue Marcel Gavelle, 02200Mercin-et-Vaux

 

0 Partages