1

Descriptif Ouvrière durée

Gilles Lades : OUVRIÈRE DURÉE

« Depuis que je me suis élancé sur le sentier poétique, au début des années 70, plusieurs périodes l’ont rythmé : la confiance et l’ardeur lyriques, la célébration et la méditation du lieu, l’expérience de l’aridité et de l’absence poussée jusqu’au seuil de l’effacement.

Aujourd’hui, « l’ouvrière durée » est un temps de patience qui ne veut pas se devancer, qui accepte et reçoit le poème comme le cadeau d’un jour de plus, qui nous bâtit autant que nous l’inventons. Le passé revient tamisé de sagesse, le visage (le sien propre, et tous les autres) n’en finit pas de s’approcher et la voix, la juste voix, est plus que jamais traquée, au secret des pas, au hasard des haltes. Alors que défile la splendeur du monde, sublime routine, indéfinie redécouverte. »

© G. L.


Collection Poésie du Silence.

Format : 13 x 20 cm – 104 pages – Prix public : 15€                                                                                En couverture « L’appel des moissons », peinture de Marie Alloy                                                                  ISBN 978-2-9563314-7-6     Date parution en librairie : 12 avril 2021

Imprimé fin mars 2021, en France à l’imprimerie Nouvelle Laballery à 58500Clamecy.                            Papier intérieur : Bouffant Munken Cream 90g, main de 2                                                            Couverture : Rives vergé blanc naturel 220 g

Dépôt légal : avril  2021  Tirage : 300 exemplaires.                                                                                Auto-diffusé, auto-distribué. Commandes possibles sur : la librairie.com


EXTRAITS :

N’oublie pas ce temps                                                                                                                            de ferveur enfouie                                                                                                                                  de solitude ancrée comme un cyprès                                                                                                    où la voix taraudait le marbre intime                                                                                                se vouait à l’aube de juin

chaque heure était un vin d’arômes et de courses                                                                    l’avenir un bastion dans le bleu

tu quittais un jardin inespéré d’anémones                                                                                          pour l’infini guetté derrière le grillage

tu étais attentif au doux fracas des âmes en travail                                                                          tu scrutais tout visage                                                                                                                              en muette découverte                                                                                                                              tu devinais la force empêchée d’être                                                                                                    tu faisais provision d’évidence                                                                                                              au moment de partir dans le silence

jamais tu ne laisserais sans réponse                                                                                                l’appel du chèvrefeuille

tu conservais les mots                                                                                                                          formés du fond de la clôture                                                                                                              puis révélés à voix de torture                                                                                                         dans la joie sérieuse des fins d’hiver

*

4ème de couverture :

L’heure est froide comme pierre                                                                                                         la pluie donne                                                                                                                                        un reste de soleil

l’homme assis ne sait plus                                                                                                                  quelle piste l’appelle                                                                                                                              quels arbres                                                                                                                                              le consoleront d’abeilles

la ville ensevelit sa gloire                                                                                                                      ses ravages                                                                                                                                          contemple ses grands axes de marbre

l’ancien temps résiste                                                                                                                              comme un pont bombardé

au hasard des mémoires                                                                                                                      des figures font cercle à la table d’été                                                                                              brefs dimanches bénis par l’émeraude et l’or

© Gilles Lades

© Editions Le Silence qui roule