“Avec ou sans les mains”, poèmes de MICHEL LAMART, chez VOIX D’ENCRE

Vient de paraître (février 2022) des poèmes de Michel Lamart chez VOIX D’ENCRE

AVEC OU SANS LES MAINS

accompagné de 16 gravures rehaussées d’empreintes de Marie Alloy

Un beau recueil de 80 pages, au format 15 x 21 cm, imprimé sur papier Extraprint 160g

Prix à l’unité : 18 €, envoi franco de port. ISBN : 978-2-35128-193-2

Contact et commande avec son règlement par chèque, au nom des éditions :                            Editions Voix d’encre, 33 avenue St Didier, 36200 MONTELIMAR                                            BON DE COMMANDE ICI

Quelques images (eaux fortes et aquatintes de MARIE ALLOY) et extraits de poèmes :

   

N’oubliez jamais

Que nous disent                                                                                                    Positives ou négatives                                                                                              Ces mains                                                                                                                    Des hommes des cavernes ?

Elles signent                                                                                                                L’éternité éphémère                                                                                                  D’un séjour                                                                                                              Avant le vent                                                                                                              De l’Histoire

Elles esquissent                                                                                                          Le brouillon                                                                                                           Du grand livre                                                                                                       De l’Humanité

Elles impriment                                                                                                          Le mouvement immobile                                                                                        D’une avant-aube

Elles témoignent :                                                                                                  Nous étions là                                                                                                            Vingt mille ans

Avant que ne s’éveille                                                                                              Votre conscience                                                                                                        D’être au monde

Notre roman                                                                                                          Émerge du plus profond                                                                                          Il monte                                                                                                                    Jusqu’à vos yeux                                                                                                    Comme un rêve de pierre                                                                                      Qui oublierait ses larmes

N’oubliez jamais                                                                                                        Vous qui exaltez                                                                                                  L’étincelle de l’instant                                                                                              Que ces gestes anonymes                                                                                        Vers l’autre le frère                                                                                                    Sont clefs de l’Humanité

© Michel Lamart

© www.voix-dencre.net

4ème de couverture du livre :

« Quel siècle à mains ! » s’écrie le Rimbaud de « Mauvais sang » (Une Saison en enfer). Chez lui, le pied libère, la main asservit. Il faut choisir – preuve absolue de liberté libre – : « En marche ! » donc ! Rimbaud prétendait fuir l’enfer moderne. Faire plutôt que dire ! Exit la poésie. Il ne tardera pas à découvrir qu’il le porte en lui. L’autre en soi, son pire ennemi ?                                                                                           Les poèmes d’Avec ou sans les mains tentent de baliser un autre chemin buissonnier : celui de la réconciliation de l’homme avec soi-même pour restaurer un vivre-ensemble dont la poésie, en particulier, l’art, plus généralement, en seraient garants. Les mots ont encore un rôle à jouer : être soi-même. Le dire et le faire ne s’opposent pas forcément. Faire avec rien un tout. Noblesse de l’homme aux prises avec la tragi-comédie du vivre. L’humour rend ici sa politesse au désespoir. Poésie : la vraie vie ? “

© Michel Lamart

0 Partages

L’AIL DES OURS, une maison de poésie pas comme les autres

Une maison à vivre, “pleine de vitalité et de générosité comme la plante du même nom. Voilà ce que je souhaite semer dans nos jardins … ” écrit Michel Fiévet –  à retrouver dans ce lien ici

J’ai eu le plaisir d’accompagner de mes gravures les poèmes de Louis Raoul, Collection Grand ours / n°9 :  “Un bruit de bleu”, en 2021

Extrait (p 7) :

Chaleur                                                                                                                                              Séparés de l’ombre                                                                                                                                Des corps pleurent                                                                                                                              Doucement                                                                                                                                                Du bleu à verse                                                                                                                                          Sur la mer                                                                                                                                              Sommeil sans personne                                                                                                                    Un seul souffle sur le sable      

et en ce mois de janvier 2022, avec des estampes, eaux fortes et aquatinte rehaussées d’aquarelle, les poèmes de Jean-Christophe Ribeyre.

Extrait (p 28) :

les nuits passent,                                                                                                                                    on voudrait serrer la main,                                                                                                              le cou des mots parfois,                                                                                                                      mais le courage manque de brûler                                                                                            ses traces,                                                                                                                                                  de brûler d’un désir                                                                                                                                opaque,                                                                                                                                                    comme inaudible.

Droits réservés L’Ail des ours / Michel Fiévet

abonnement 25 € les 5 numéros, sur le site : https///www.editions-aildesours.com

Page facebook : Editions L’Ail des ours

24 rue Marcel Gavelle, 02200Mercin-et-Vaux

 

0 Partages

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN: TRACES ET FORMES

du 22 octobre au 28 novembre 2021 : EXPOSITION                                              TRACES ET FORMES

Exposition collective à Meung sur Loire

Marie Alloy y expose trois gravures de grand format, eaux fortes et aquatintes.

Lieu La Monnaye, bibliothèque de Meung-sur-Loire. Informations pratiques :

Du 22 octobre au 28 novembre, Espace culturel La Monnaye, salle Éric Doligé et jardin, 22 rue des Remparts, Meung-sur-Loire. Renseignements : 02. 38. 22.53.12. 

Ouverture au public :
Mardi : 16h-18h30 ; Mercredi : 9h30-12h30 / 14h30-18h30 ; Jeudi : 16h-19h30
Vendredi : 14h30-18h30 ; Samedi : 9h30-12h30 ; Dimanche : 15h-18h.

Fermeture jeudi 11 novembre
Entrée libre sur présentation du pass sanitaire.

Une visite s’impose; des peintures, gravures, sculptures et céramiques pour cette 1ère Biennale d’art contemporain !

0 Partages

L’EMPREINTE DES SAISONS, catalogue d’exposition de Marie Alloy

Marie Alloy
L’Empreinte des saisons

Catalogue d’exposition  édité à l’occasion de l’exposition de peintures, gravures, livres d’artiste, dessins et photographies de Marie Alloy, exposition présentée à l’église Saint Étienne de Beaugency ainsi qu’à la Galerie Pellieux, du 10 septembre au 10 octobre 2021.

 

Le paysage intérieur, préface de Christophe Mahy
Notes d’atelier de Marie Alloy :  Peindre – La poésie rendue visible
Graver – Photographier
Portrait – Expositions – Écrits

Descriptif : 88 pages. Format : 21 x 21 cm. Poids : 318 g. Impression numérique, sur Edition Munken Rough 150 g/m2, couverture Edition 300 g/m2, par l’imprimerie Lebugle, à 45190 Beaugency. Reproductions : Trente cinq peintures à l’huile, huit gravures, huit photographies, trois livres d’artiste. Photos Marie Alloy © ADAGP                   ISBN : 978-2-492888-00-7      Dépôt légal : août 2021     Prix public : 20 €

   

Le paysage intérieur

« Car c’est moi que je peins. »
Montaigne, Essais.

“Quelque part en Sologne. Des reflets de ciel dans le miroir du fleuve. Puis les arches
du pont de Beaugency. Nous y sommes. Chez Marie Alloy, aux portes de l’atelier, dans un
puits de lumière qui nous accueille et nous révèle ce qui nous échappe à chaque instant.
Quelque chose d’essentiel, au sens propre du terme, d’indéfinissable, de vague et de précis
à la fois. Une attente. Une approche. Peut-être seulement un instant du monde en marche,
un ressac silencieux et immobile. Une attente généreuse dont on ne sait rien, qui donne à
voir sans qu’on lui demande quoi que ce soit. Et avant tout un vrai lieu, comme l’acceptation d’une allégorie dans une trouée du temps.

Marie Alloy peint dans un au-delà d’elle-même, avec ce rien de distance et de recul
qui permet d’établir le dialogue avec ses propres incertitudes, délivrées de toute intention
autre que d’aller à la rencontre de la réalité du monde et de l’être. Sa palette joue avec les
nuances du silence avant de mêler des bribes de terre, de ciel et d’eau d’où émergent lentement des ombres de feuillages et de branches, des lacis d’herbes et de nuages. Ressentir pour peindre, peindre pour ressentir”. Christophe Mahy (suite de la préface à retrouver dans le catalogue).

 

 

BON DE COMMANDE (cliquer sur le lien)

PROGRAMME DES EXPOSITIONS ET DES LECTURES 

0 Partages

LA ROSELIERE, poèmes de Jean-Pierre Chambon

J’ai le plaisir de vous annoncer l’édition d’un livre d’artiste comprenant un bel ensemble de poèmes inédits de Jean-Pierre Chambon et des gravures originales de Marie Alloy.

La roselière

Poèmes inédits de JEAN-PIERRE CHAMBON

Accompagnés de 7 gravures originales (eaux fortes) de MARIE ALLOY, dont une en couverture. Typographie en Garamond de corps 14, imprimée numériquement sur vélin BFK de Rives. Format du livre comprenant 8 cahiers : 19,5 cm x 28,5 cm – Dos : 1,5 cm. Tiré à 15 exemplaires numérotés et signés par l’auteur et l’artiste. Présentation sous coffret créé par Jeanne Frère à Nantes, coloris des papiers en écho avec les tonalités des estampes (format total : 20,8 cm x 30 cm). Prix public, avec coffret : 650 €.

Lien pour images intérieur du livre

Lien pour détail coffret, reliure Jeanne Frère.

 

0 Partages

MICHELE DESBORDES, une écriture habitée de silences

La voix de Michèle Desbordes est liée au fleuve, la Loire, aux battements d’ailes des mouettes et des sternes, aux moirages de la lumière, à ses combats, victoires, son dénuement.

Dans ses livres, il n’ y a pas vraiment d’histoire ou tout est histoire : une robe, une pierre, un nuage, un arbre, la brillance du ciel, tout est à la fois ouvert et enclos, comme nos vies et toutes ces vies passantes qui nous quittent ou que nous quittons comme si nous étions toujours en retard sur nous-même. Mais le temps est immobile et il bouillonne, s’ajuste à nos frontières, nos pauvres limites, vues du dehors, vues du dedans – et nous côtoyons la mort sans le savoir.

A lire une évocation de son œuvre par Marie Alloy sur le site de l’association des amis de Michèle Desbordes, lien : ici

Beaugency,                                  photo panoramique Marie Alloy

0 Partages