EXPOSITION MARIE ALLOY, peintures, gravures et livres d’artiste

J’ai le plaisir de vous annoncer ma prochaine exposition L’EMPREINTE DES SAISONS qui aura lieu du 10 septembre au 10 octobre 2021 à Beaugency, à l’église St Etienne (Place du Martroi) et à la Galerie Pellieux (Passage Jacques-Nicolas Pellieux, rue de la cordonnerie). Peintures, gravures, livres d’artiste, oeuvres sur papier et photographies.

INVITATION

AFFICHE ROUGE

AFFICHE BLEUE

HORAIRES D’OUVERTURE ET PROGRAMME DES LECTURES

0 Partages

Vient de paraître : OUVRIERE DUREE, poèmes de Gilles Lades

OUVRIÈRE DURÉE 

poèmes de GILLES LADES

« Depuis que je me suis élancé sur le sentier poétique, au début des années 70, plusieurs périodes l’ont rythmé : la confiance et l’ardeur lyriques, la célébration et la méditation du lieu, l’expérience de l’aridité et de l’absence poussée jusqu’au seuil de l’effacement.

Aujourd’hui, « l’ouvrière durée » est un temps de patience qui ne veut pas se devancer, qui accepte et reçoit le poème comme le cadeau d’un jour de plus, qui nous bâtit autant que nous l’inventons. Le passé revient tamisé de sagesse, le visage (le sien propre, et tous les autres) n’en finit pas de s’approcher et la voix, la juste voix, est plus que jamais traquée, au secret des pas, au hasard des haltes. Alors que défile la splendeur du monde, sublime routine, indéfinie redécouverte. »

© G. L.


Collection Poésie du Silence.                                                                                                                  En couverture « L’appel des moissons », peinture de Marie Alloy.                                          Format : 13 x 20 cm – 104 pages – Prix public : 15 €                                                                ISBN 978-2-9563314-7-6

BON DE COMMANDE

NOM ……………………………PRÉNOM……………………

ADRESSE : ………………………………………………………

MAIL : ……………………………….TEL :……… …………….

Je commande le livre  OUVRIÈRE DURÉE de Gilles Lades

Prix à l’unité : 15 €              Nombre d’exemplaires : ……………….

Participation forfaitaire aux frais d’envoi postaux : 2 €

Total : …………………………

Date : …………………………….Signature ………………………

 


Pour toute commande par courrier à l’éditeur, règlement possible :

par chèque à l’ordre et à l’adresse des Éditions Le Silence qui roule,                                        26 rue du Chat qui dort, 45190 Beaugency

ou par virement sur le compte CCP des éditions  –                                                                  IBAN : FR04 2004 1010 0309 4887 4S02 458  BIC PSSTFRPPCLE

ou encore sur le site des éditions, via PayPal.

Vous pouvez également passer commande auprès de votre libraire                                            ou sur lalibrairie.com En vous remerciant.

Flyer du livre.

0 Partages

Autour du livre “Le blason de lichen”, de PIERRE LECOEUR, paru chez FATA MORGANA

Décembre 2019, un article de la Revue Diacritik
Le blason de lichen                                                                                                                         Pierre Lecœur

éditions FATA MORGANA

                                                        Monotypes de Marie Alloy

“Parfois, June sort de la poche de son jean un grain de blé qu’elle doit tenir précautionneusement entre la pulpe du majeur et de l’index. Elle le laisse glisser au creux de la paume et le regarde. Il est fait pour rouler et se planter. Il est revêtu de sa couleur propre et personne ne l’a imaginé. Son arrondi parfait s’accentue pour que sa ligne entre en elle-même, à la couture, au défaut, là d’où la pousse jaillit quelles que soient les coutumes, les passions et les illusions de ceux qui l’ont planté. Une fois jeté d’une main absente ou versé du semoir d’acier, il suit sa loi et s’épanouit. ”
June et Phoebe campent quelques jours en Nouvelle-Angleterre. A chaque moment de ce séjour correspond une étape d’une initiation au secret des choses, des lieux et des êtres. Peu à peu, les nuances des personnalités des deux jeunes filles se dessinent : l’une semble tournée vers les autres, vers le langage ; l’autre vers le silence massif d’une terre qui constitue toujours un Nouveau Monde. Dans cet écart le texte évolue d’une manière qui voudrait échapper à la tyrannie du temps des horloges.

Samedi 28 septembre à 17h
rencontre avec Pierre Lecoeur
à l’occasion de la parution de son livre
Le blason de lichen    paru chez Fata Morgana,
avec des monotypes de Marie Alloy
Librairie Les Temps Modernes
57 rue N.-D. de Recouvrance
45000 Orléans
02 38 53 94 35

Pierre Lecoeur s’entretiendra avec Jean-Benoît Puech

Né en 1972, Pierre Lecoeur vit et enseigne à Orléans. La fascination pour les lieux, la stupéfaction de vivre sous le lien du temps, l’énigme des choses et des êtres telle qu’elle se profile dans le quotidien sont les pôles qui aimantent son écriture. Il a publié des poèmes en revues (NRF, Europe, Conférence), ainsi que de nombreux travaux critiques et études portant essentiellement sur la littérature du XXe siècle.
Extrait d’un poème de Phoebe, p 13

“PASSAGERS

Ce fut d’abord la danse de quelques mots                                                                                        d’une langue étrangère                                                                                                                            sur le quai de la gare                                                                                                                          afin que fût dite                                                                                                                                        l’heure                                                                                                                                                          rien                                                                                                                                                              livré à la distraction du monde ”

 

0 Partages

AUX LIMITES DE L’IMMENSE, poèmes de Marie Alloy

Après Dans l’embrasure des mots, poème de Marie Alloy,

 vient de paraître, en ce printemps 2019, Aux limites de l’immense , un deuxième livre manuscrit de poèmes de Marie Alloy pour les éditions AZUL de José San Martin

Aux limites de l’immense, poème inédit autographe de Marie Alloy, sur des peintures et collages de José San Martin, est le 98ème ouvrage de la collection Manos. Achevé à Vincennes et à Beaugency le 28 février 2019. Edition originale à 6 exemplaires numérotés et signés. Format fermé : 37 cm x 20 cm (74 cm ouvert)

  Lire la suite

0 Partages

“QUELQUES ECLATS FURTIFS” poèmes de Marie Alloy, éditions Mirage

Vient de paraître Quelques éclats furtifs aux éditions Mirage, un ensemble de poèmes de Marie Alloy, accompagné d’aquatintes originales de Christiane Vielle.

    

Le texte est composé en Optima, imprimé par Christiane Vielle et tiré à 15 exemplaires numérotés et signés par l’auteur et l’artiste. Présentation sous étui transparent en plexi, format : H: 10 cm, l: 10, 5 cm; dos : 1,5 cm. Pour un achat éventuel, contacter l’artiste-éditrice Christiane Vielle, merci.

Sélection de quelques belles pages :

  

 

Mon regard sur ce très beau livre : Chaque livre de cette édition originale est unique car interprété de diverses couleurs et matières graphiques d’aquatinte pour les estampes. Le travail de Christiane Vielle fait ici œuvre par les variations chromatiques des fragments gravés qu’elle module en d’infinies recompositions et transparences. La genèse du travail de regard est rendue visible par les cadrages qui opèrent des sortes de fenêtres sur le monde. Chaque page dialogue avec plusieurs sonorités colorées qui ouvrent un lieu singulier de formes et de tons en résonance subtile avec ces instants que sont les poèmes.  Parfois ce sont des éclats fugitifs de verts ou de jaunes, ou un bleu en fond mélodique qui vient se heurter doucement à l’empreinte grise d’un geste. Tout est en mouvement et fonde la page comme une peinture et ses strates de temps. Une aube ou un crépuscule offrent leurs teintes qui semblent sans commencement ni fin. Le livre prend forme dans cette fragilité intime et heureuse grâce à l’exactitude exigeante de l’artiste Christiane Vielle qui sait unir rigueur et délicatesse. Cette Recherche personnelle donne au livre une forme mélodique infinie. Des correspondances se créent par les rythmes entre les pages et la composition typographique. Ce travail intuitif de calcul et d’improvisation, d’ajustements et de transformations, me fait songer aux Variations Goldberg de Bach, à un “work in progress”. Voilà donc une conception du livre d’artiste qui nous ouvre un magnifique champ de possibles tout en restant modeste dans sa présentation. Les variations sont souvent intenses et très subtiles et les détails nourris d’imprévisibles rencontres.  Christiane Vielle expose actuellement des estampes d’une improbable légèreté, à la librairie-galerie Mauguin (32 rue Vergniaud, 75013 paris), sous le titre emblématique “Une légère pesanteur”.

© Marie Alloy

 

36 Partages

LE CIEL LE TEMPS poème de Marie Alloy relié par Antonio Pérez Noriega

                                                Deux variations de reliure                                               

LE CIEL  LE TEMPS, un poème de Marie Alloy accompagné d’une estampe originale (rehaussée dessin et aquarelle) du même auteur, en réponse à l’invitation amicale d’Antonio Pérez Noriega, artiste relieur. Poème relié par ses soins pour quelques exemplaires réservés dont la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid.

 

LE CIEL  LE TEMPS

s’étirent  sur le fleuve                                                                                                                         Ciel de fraîcheur    à la pointe du jour                                                                                       quand partent les étoiles   revivent les corps

En vain peut-être les rêves   auront parlé en nous                                                                d’injustices et de craintes    de douceurs et d’attentes                                                                  Le cœur ne s’efface pas dans la nuit                                                                                                    il ferme nos paupières   et nous ouvre

Nous écoutons les bruits    Joie d’entendre les gestes                                                                      leurs mouvements  et tout ce rouge à l’âme  transparent

Des mots nous arrivent   fragiles îlots de sables                                                                              prennent feu     avant que le cœur n’éclate

La parole manquante   le silence des blancs                                                                                        sont au poème  échos des glissements du temps                                                                            sur une page sans langue

Image mouvante du fleuve    qui se retire                                                                                      laissant des lames de sable  doucement l’envahir                                                                            Les sternes ont terminé leurs nidifications                                                                                  Chaque être vivant   ainsi perpétue la vie

Se dire à intervalles réguliers   Ceci est le ciel                                                                             Ceci est l’amour     Tout ce qui submerge l’être                                                                        s’enroule à ses cendres   les change en azur                                                                                         en lumière diffuse   et volante

©Marie Alloy (droits réservés Adagp)

LE CIEL  LE TEMPS                                                                                                                            Réalisé pour le bon plaisir d’Antonio et ses amis                                                                          Poème et gravure de Marie Alloy                                                                                            Typographie Atelier Vincent Auger                                                                                                    Tiré à cent cinquante exemplaires numérotés et signés                                                                  Noël 2018

 

 

0 Partages