Parution du CATALOGUE COMPLET des éditions Le Silence qui roule

Vient de paraître, ce 15 mai 2018,                                                                                                       le catalogue complet des éditions Le Silence qui roule                                                   à l’occasion de l’exposition organisée par la Médiathèque d’Orléans

LE SILENCE QUI ROULE , VINGT-CINQ ANS DE LIVRES D’ARTISTE : 1993 – 2018

  

En couverture, le livre d’artiste « Gravier du songe » sur un poème de Jean Pierre Vidal      Conception graphique : David Héraud                                                                                  Catalogue tiré à 150 exemplaires en numérique                                                                    Format : 21 x 21 cm    96 pages    115 photographies de livres, peintures et estampes              Achevé d’imprimer début mai 2018                                                                                                      Photographies Marie Alloy © ADAGP –                                                                                      Éditions Le Silence qui roule – www.lesilencequiroule.com                                                    SIRET :431 295 914 00037                                                                                                            Dépôt légal mai-juin 2018

ISBN : 9782956331414                                                                                                                Prix public : 25 €

BON DE COMMANDE (cliquer sur le lien)


Catalogue édité par Marie Alloy à l’occasion de l’exposition                                                          des VINGT-CINQ ANS DES ÉDITIONS LE SILENCE QUI ROULE                                          avec le concours de La Médiathèque d’Orléans et de Ciclic Centre-Val de Loire.    Médiathèque d’Orléans : 2 mai – 23 juin 2018   


TABLE

 La main à l’ouvrage, Marie Alloy                                                                                   L’espace ouvert de la poésie, Pierre Dhainaut                                                                     La trace, l’énigme, la lisière, Pierre Lecœur                                                                         Le Silence qui roule, Marie Alloy                                                                                         Catalogue du silence qui roule                                                                                         Créations pour d’autres éditeurs                                                                                         Créations pour des revues de littérature et poésie                                                       Écrits de Marie Alloy                                                                                                             Revues, articles, recensions                                                                                                     Un parcours, entretien avec Cécile Guivarch (terre à ciel)                                             Rencontre devant l’étang, Lucie Albertini-Guillevic                                                           Cette lumière qui peint le monde, Pierre Lecœur                                                                 À l’épreuve, avec les outils du graveur, Marie Alloy                                                             L’art du relieur et la reliure de création                                                                 Biographie et principales expositions                                                                             Auteurs invités                                                                                                                             Table                                                                                                                               Remerciements


Marie Alloy remercie tout particulièrement :                                                                        Christine Perrichon, directrice des Médiathèques d’Orléans                                              Michelle Devinant, responsable culturelle et organisatrice de l’exposition                          Max Paurin, gestion et organisation technique de l’exposition

Marie Alloy remercie aussi les auteurs ayant contribué à la rédaction de ce catalogue Pierre Dhainaut, Pierre Lecœur, Cécile Guivarch, Lucie Albertini-Guillevic     ainsi que les poètes invités Isabelle Lévesque, Erwann  Rougé, Jean Pierre Vidal

Remerciements aux relieurs qui ont confié leurs créations originales.

Remerciements à CICLIC qui soutient activement, depuis de nombreuses années, l’édition de livres d’artiste et de bibliophilie en Région Centre-Val-de-Loire.

LECTURE -RENCONTRE avec MARIE ALLOY le 26 mai Médiathèque Orléans

Marie Alloy présente ses éditions Le Silence qui roule dans le cadre de l’exposition

                                    VINGT-CINQ ANS DE LIVRES D’ARTISTE                              1993 – 2018

le samedi 26 mai à 16h

à l’espace d’exposition de la médiathèque

à cette occasion, vous pourrez découvrir :

des livres d’artiste, en tourner les pages, ressentir les liens entre gravures et poèmes    quelques ouvrages extraits des collections patrimoniales de la médiathèque d’Orléans                   un catalogue de l’ensemble des créations autour du livre (autres éditeurs)                                                                                                                                                                                 Marie Alloy lira également des pages de ses propres livres parus en 2017 :                             des notes d’atelier et écrits sur l’art, en particulier : Cette lumière qui peint le monde (éditions L’Herbe qui tremble) et L’empreinte du visible (éditions Al Manar).

Un verre de l’amitié fêtera cet événement, venez nombreux, merci !

  

                              

                         

     2018 05 13 annonce lecture du 26 mai 2018

 

ÉVÉNEMENTS : exposition rétrospective, édition d’un catalogue, lectures-rencontres

   

LE SILENCE QUI ROULE
VINGT CINQ ANS DE LIVRES D’ARTISTE
ET DE CRÉATIONS
POUR D’AUTRES ÉDITEURS
Marie Alloy
Médiathèque d’Orléans
2 mai – 23 juin 2018

Une exposition de l’ensemble des livres d’artiste créés depuis 1993 par Marie Alloy sous l’enseigne des éditions Le Silence qui roule. Les pages imprimées avec les estampes de Marie Alloy sont exposées en regard des poèmes d’auteurs comme Pierre Dhainaut, Antoine Emaz, Françoise Hàn, Erwann Rougé, Jean Pierre Vidal…etc.

Cette exposition est enrichie par la présentation de nombreux livres réalisés chez d’autres éditeurs pour lesquels Marie Alloy a créé bon nombre d’ illustrations peintes et gravées, ornant les couvertures, les tirages de têtes, frontispices et pages intérieures.

Sur les cimaises, des gravures, poèmes et manuscrits

Un catalogue de l’exposition qui fête les 25 ans des éditions Le Silence qui roule sera exposé (et proposé à la vente, mais en dehors du cadre de la médiathèque, en s’adressant directement à : marie.alloy@orange.fr).

Samedi 26 mai à 16h :

Marie Alloy présentera directement au public ses livres d’artiste et expliquera les étapes de leur réalisation, de la réception du manuscrit inédit jusqu’à la diffusion du livre abouti. Puis elle lira quelques extraits de ses derniers livres parus en 2017 : L’Empreinte du visible et Cette lumière qui peint le monde.

Les auteurs invités le 2 juin à 15h 30 :

Isabelle Lévesque est née et vit aux Andelys, en Normandie. Poète, elle aime collaborer avec les peintres. Elle écrit également des articles de critique littéraire sur la poésie contemporaine, en particulier pour La Nouvelle Quinzaine Littéraire. Ses derniers
ouvrages parus : Nous le temps l’oubli, peintures de Christian Gardair (L’herbe qui tremble, 2015) ; Voltige ! , peintures de Colette Deblé, (L’herbe qui tremble, 2017) ; Source et l’orge (Le Petit Flou, 2017) ; Ni loin ni plus jamais, peinture de Marie Alloy (Le Silence qui roule, 2018) ; La grande année, avec Pierre Dhainaut (L’herbe qui tremble, 2018).

Erwann Rougé est né en 1954 à Rennes. « Sa poésie est traversée par les paysages de Bretagne et la dispersion de la parole dans l’espace. Son écriture suspendue à une tension de lumière et de chute travaille la porosité des corps et du monde dans une tentative de saisir les brefs passages qui nous mènent, entre intimité et traversées, les uns vers les autres », François Heusbourg. Dernières parutions : Le perdant, éditions Unes, 2017. L’enclos du vent, éditions Isabelle Sauvage, 2017. Haut Fail, éditions Unes, 2014. Derniers livres d’artistes : Même seuil avec les encres de Jacqueline Ricard , éditions la cour pavée. pleine terre avec Dom et Jean Paul Ruiz. L’Ombrée avec des aquarelles et gravures de Marie Alloy, éditions Le silence qui roule.

Jean Pierre Vidal, né en 1952 à Alger, a vécu son adolescence à Charleville, où il a lié poésie et philosophie au sens même de sa vie, sans jamais prétendre de l’une ou de l’autre faire un état, écrire étant un mouvement de vie non séparable de l’insurrection nécessaire contre les conditions de vie des hommes. Après des études de lettres à Lyon, il enseigne dans la région stéphanoise et à Lyon ; il vit aujourd’hui près d’Orléans. Il a longtemps travaillé à l’édition des œuvres critiques de Philippe Jaccottet. Il a publié des notes, proses et poèmes dans Feu d’épines et La Fin de l’attente, aux éditions Le temps qu’il fait, un album de poèmes en vers ou en prose, Vie sans origine, aux éditions Les pas perdus. Après avoir publié dans de nombreuses revues françaises ou suisses, il publie des livres d’artiste accompagnés d’estampes de Marie Alloy aux éditions Le Silence qui roule : Du corps à la ligne : comme un chemin de morsures ; Thanks ; Gravier du songe ; Le Jardin aux trois secrets ; Aller sans retour. À paraître : Par vouloirs légers suivi de Thanks, aux éditions Arfuyen.

Catalogue des éditions Le Silence qui roule et de l’exposition réalisé avec le soutien de la Médiathèque d’Orléans et de Ciclic Centre -Val de Loire.

Variations végétales

Voici une exposition Galerie Anaphora qui va durer jusqu’au 17 février 2018, où je présente des gravures parmi celles d’autres graveurs comme Livio Ceschin, Paola Didong, Hélène Nué, François Houtin, Claire Illouz. Sont également présentés quelques uns de mes livres d’artistes (parmi ceux d’autres de graveurs présents plus un beau livre d’Hélène Baumel) où l’élément végétal dialogue avec les poèmes de Luc Dietrich, Françoise Hàn, Jean Pierre Vidal, Antoine Emaz. On peut également, sur demande, contempler sur place des estampes placées dans des cartons à dessin.

Adresse et coordonnées : 13 rue Maître Albert, 75005 Paris

Quelques unes de mes gravures :

      

        

 

 

Poème inspiré par l’exposition:

 

Obscures gravures

précieuses et si précises

qui sombrent en sommeil gris

là où la lumière par multiples fissures

s’immisce entre les feuillages

au fil d’un songe aux ronces agrippé

 

Tapi entre les frondaisons noires et l’herbier de poussières

le regard suit les stries étranges de champignons d’acier

puis les alvéoles d’une sorte de cerveau

où lèvres et langues rongent des formes de racines

 

Quelques chardons aux pointes adoucies

montrent le chemin parmi voiles et bouquets séchés

Partout les épines sont mentales et l’herbe vit

dans les vestiges de l’enfance envahis de buissons

Le ciel est tout petit chargé de grêlons gris

 

Le grouillement des chairs et des feuillus

hante les yeux dans la grisaille

Les mots n’ont pas beaucoup de place

Comme les rejets d’un acacia sortant de terre

gravent l’espace de leur épitaphe végétale

d’infimes griffes saignent dans l’ombre de l’encre

 

Rien ici ne peut se démêler

On cherche un chemin dans la lumière du papier

Nous sommes aux premiers temps du monde

La mélancolie commence à planter ses racines

Tout pousse repousse et s’affaire à pousser

à enrouler ses tiges autour des graminées

à jeter ses graines

aux quatre points cardinaux des feuilles gravées

 

C’est une avalanche qui sourd sous les branches

un éboulis de bonnes et mauvaises herbes

À l’origine nous sommes revenus

peut-être déjà expulsés du monde

Cueillir un seul brin d’herbe serait une offense

Contempler est tout ce que nous pouvons faire

en gravant le monde premier 

et dernier peut-être

le végétal demeure notre raison d’être

 

 Marie Alloy, 10 01 2018

 

La Galerie Anaphora, un bel écrin pour l’estampe !

Un très beau lieu destiné aux graveurs et amateurs d’estampes.
13 rue Maître Albert, 75005 Paris

à retrouver sur Facebook ou par mail : galerie.anaphora@gmail.com

Jean-Pierre Coroller et Anne Brasse
Contact J-P Coroller  : 06 03 21 31 35

 

Exposition actuelle:

 “Petits formats pour de grands vœux”

 

 

Chaque fois que l’aube paraît.

“Chaque fois que l’aube paraît le mystère est là tout entier”   
René Daumal
Poésie noire et poésie blanche.

 

« Mais où est la poésie en tout cela, direz-vous ? La vraie, la grande, celle qui vous dresse, le cheveu hérissé et la gorge sèche, qui vous divise au diamant en vos parties constituantes, et vous rassemble en même temps en une flèche droit décochée à la vitesse où tout meurt en lumière, qui poigne, oriente, embrase et voue, la vraie, la grande ?

Celle-là n’est pas future, celle-là n’est pas passée, elle est ou elle n’est pas. Dans le silence hors de tout temps où elle veille, plongeons sans esprit de retour. Beaucoup s’y noieront, quelques-uns l’en feront jaillir. »

René Daumal, « Chaque fois que l’aube paraît », 1942.

Photos ©Marie Alloy

                  

                        

René Daumal peint par Sima (lien sur expo 2015 Issoudun)

*

Le jeu avec la vie, l’amour, la mort, le vide et le vent

Joseph Sima, artiste tchèque, a été LE PEINTRE du “Grand Jeu”. Roger Gilbert-Lecomte, André Rolland de Renéville et René Daumal, ont participé activement à ce mouvement qui ne se voulait pas littéraire ou artistique, mais avant tout une aventure de l’expérience humaine, à la recherche d’une connaissance qui soit porteuse de vérité métaphysique. Les jeunes gens mettent au point un principe qu’ils appellent la métaphysique expérimentale dont le but est, à travers des expériences d’écriture, de création mais également de drogue et d’expériences physiques, d’essayer d’approcher une connaissance absolue de l’être.

TERRE de Luc Dietrich.

Luc Dietrich avait été initié à la photographie par André Papillon. Il avait réalisé et publié un recueil de son vivant : Terre (Denoël). Un autre ouvrage avait semble-t-il disparu, quand Jean-Daniel Jolly-Monge, disciple de Lanza del Vasto, exhuma et compléta patiemment ce second ouvrage : il fut publié bien après la mort de ces protagonistes par les éditions Le temps qu’il fait sous le titre Emblèmes végétaux (1993).

TERRE

Livre comprenant vingt textes de Luc Dietrich et trente photographies de l’auteur

TERRE. Édition de 1936, Denoël & Steele.

Feuillet publicitaire pour annoncer la parution

                               

                             

  

                              

Manuscrit autographe de Luc Dietrich

                         

Photographie de couverture

 

Quelques extraits de TERRE

LA MEULE

A bout de fourche, nous poussons les gerbes dans le ciel, et tandis que l’orage hâte notre dernier effort, cette chapelle de blé s’établit et se couvre. Les premières gouttes tombent, mais nous ne craignions plus pour notre grain, nous avons confiance en cet ordre qui de la tige a fait un toit pour protéger l’épi.

ROSES D’AOUT

Pleines d’eau, elles se sont inclinées, puis assoupies dans la lourdeur des fruits qui vont quitter la branche.

Réédition : Voix d’encre, 2015    www.voix-dencre.net/

*

Un précieux document, provenant de Frédéric Richaud,

présentation des photographies de Luc Dietrich par Paul Eluard

 

Entre les “Flaques de verre” de Pierre Reverdy

 “Flaques de verre”

“Dans l’abîme doré, rouge, glacé, doré, l’abîme où gîte la douleur, les tourbillons roulants entraînent les bouillons de mon sang dans les vases, dans les retours de flamme de mon tronc. La tristesse moirée s’engloutit dans les crevasses tendres du cœur. Il y a des accidents obscurs et compliqués, impossible à dire…”
Extrait de : La tête pleine de beauté, Flaques de verre, Pierre Reverdy.
 
 *
“Mais, surtout, le front troué par les épines, le cœur d’où sort la flamme et les yeux éplorés – le regard frappe au ciel et la porte qui s’ouvre laisse entrevoir l’espace où remuent les formes mortes sur les chemins tracés par un doigt lumineux.”
 L’homme aux étoiles, Flaques de verre, Reverdy.
 Photographies originales de Marie Alloy (droits réservés)
 *
“Rien ne vaut d’être dit en poésie que l’indicible,
c’est pourquoi l’on compte beaucoup sur ce qui se passe entre les lignes.”
Le Livre de mon bord, Reverdy.

 

 

Contre le mur du temps

Un texte inédit de Jean Pierre Vidal, écrit à l’occasion de l’exposition d’un ensemble de peintures intitulé “Terre d’ombres brûlées” et de gravures de Marie Alloy, à la Collégiale St Pierre Le Puellier d’Orléans en 2001,

Contre le mur du temps

La Vérité n’est  pas venue au monde nue, mais à travers des images et des symboles. Il y a une régénération et une image de la régénération. En vérité l’on doit renaître par l’image. Évangile de Philippe.

Il est bon que l’on puisse voir les œuvres de Marie Alloy dans la collégiale de Saint Pierre-le-Puellier d’Orléans. En effet, cette artiste vit en termes renouvelés la question du rapport entre art et spiritualité, poursuivant ainsi de manière courageuse le travail accompli par des hommes comme Joseph Sima (1891-1971), Léon Zack (1892-1980), ou même Alfred Manessier (1911-1993). Dans cette église ” désaffectée ” (le mot fait frémir…), on entendra une voix qui refuse de rompre le lien vivant et secret avec les langues anciennes de la prière et de la peinture, qui ne sont pas pour elle des langues mortes. Mais cette voix se refuse avec une égale opiniâtreté à revenir en arrière dans la pensée comme dans l’acte de l’art. Seul le présent peut inventer le présent et la présence réelle.

Cette peinture n’exprime aucune nostalgie de l’âge religieux de la peinture et du monde. Elle ouvre une brèche dans ce monde qui nous étouffe, ce monde qui ne devrait pas être, qui est à la place de celui qu’elle montre possible. La peinture est un refus de ce monde, celui qui empêche par son existence et sa durée le monde vrai d’advenir. Cela sans aucun manichéisme, car elle aime le monde qu’elle veut simplement et modestement aider à sauter dans la lumière.

La peinture interrompt la durée du monde de l’infamie. Tant que vit le regard sur la toile, tant que vit la pensée qu’il suscite, ce monde de fausseté et de fatigue est aboli, et la jeunesse possible apparaît.

Si la religion est morte, l’art ne la remplacera pas, mais on peut inciter par le regard à une vie nouvelle qui ne peut attendre car trop de millénaires nous étouffent et font notre fatigue. La peinture de Marie Alloy oppose donc à la fatigue de ce temps une énergie violente et contrôlée qui ne se perd pas en exaltation de la couleur et de la forme : elle donne des coups de boutoir dans le mur du monde (qui est le mur du temps) pour ouvrir une issue non rêvée, une fenêtre praticable sur un réel et non sur une vaine évasion.

Une énergie puissante, obstinée, virile, mais non pas une énergie pour l’énergie, non pas une puissance pour la puissance. Une énergie pour ouvrir le monde. Peindre est ici acte de foi. Le peintre ne se résigne pas à la catastrophe et ouvre des « portes de toile » (le mot est du poète Jean Tardieu). Portes qui, si nous avions le courage de nous y glisser, nous donneraient un chemin de fraîcheur, tel un conte véridique, une fable de clarté.

Ainsi dans l’église désaffectée ce n’est pas un nouveau culte qui est rendu, mais un acte rigoureux qui est accompli, et qui s’offre à la participation de notre propre exigence comme tout art sérieux depuis Lascaux.

Que l’amateur qui visite cette exposition sache qu’il aura ici l’occasion rare et bouleversante de voir sous ses yeux éclore une maturité d’artiste. La maturité, mystère qui ne saurait se commander. Chaque maturité de voyant rend le monde au présent, rend le présent au monde.

© Jean Pierre Vidal, août 2001

Le tronc d'ombre M Alloy Colonne d’ombre

Acrylique sur toile sablée, 2000